Extraits comprenant :

  • page de titre (recto-verso)

  • préambule indispensable

  • table des matières

  • table des encadrés

  • deux encadrés du chapitre X

version PDF de ce fichier
(nécessite Acrobat Reader)
 

   

 

JOSÉ FRENDELVEL

 

 

 

L'OR DES ÉTOILES

 

 

 

Nouveau regard sur le système solaire

 

 

 

 

 

 

 

Graphiques, mise en page et maquette : J. Frendelvel
Composition de page 8 : J. Frendelvel
Photos de l’exploration spatiale : courtoisie de la NASA
Illustrations artistiques : Maryse Bill (www.meryz-deco.com)
Réalisation de couverture : J. Frendelvel
(émergence de l’Age d’Or Cosmique sous la protection delphine)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2005, Editions Frendelvel
BP 40    24260 LE BUGUE
Tél/Fax 05 53 04 26 71
http://frendelvel.free.fr
ISBN 2-916013-00-8
Tous droits réservés pour tous pays

p 1

p 2

 

Table des matières


Album couleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Préambule indispensable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
                                                                     [ci-dessous]
CHAPITRE I
L’odyssée de Vulcain  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33
Vulcain et l’exploration spatiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

CHAPITRE II
Les astéroïdes : chaos ou cathédrale ? . . . . . . . . . . . . . 47

CHAPITRE III
Sculptures dans les inclinaisons et excentricités  . . . . . . 65
Les mystérieux anneaux de Saturne . . . . . . . . . . . . . .  68
Jeu ou défi du “Grand Architecte” ? . . . . . . . . . . . . . . 72

CHAPITRE IV
Le disque de Kuiper . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  75
Mort et résurrection de la loi de Titius-Bode  . . . . . . .   80
Du Soleil au disque de Kuiper . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84

CHAPITRE V
Le mimétisme de Soleil et Lune . . . . . . . . . . . . . . . . .  87
La Lune est une magicienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
Sphère, cube et tétraèdre   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
[une grande partie de ce chapitre V peut-être lue dans la rubrique "Revue de Presse" dans l'article: Système solaire, une mathématique du vertige]

CHAPITRE VI
Vingt-sept . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
Jeux de rotations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Synchronicité des planètes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Hungaria et Cybèle, les deux balises  . . . . . . . . . . . . .124


CHAPITRE VII
L’exception de l’écliptique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133

CHAPITRE VIII
Vénus notre voisine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153
Une Etoile du berger pour un Homme debout . . . . . . 163

CHAPITRE IX
La Lune est vivante ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

CHAPITRE X
Comprendre la Lune avec de nouvelles clés . . . . . . . 215

CHAPITRE XI
Nouveau regard sur le système solaire . . . . . . . . . . . 251

CHAPITRE XII
Retour vers Vulcain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281

Epilogue  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  295

Annexe 1
La planète Vénus est-elle occupée ?  . . . . . . . . . . . . 303

Annexe 2
D’autres particularités dans le système solaire . . . . . .345

Annexe 3
Quelques données astronomiques du système solaire. 368

Glossaire  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370

Bibliographie  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373

Répertoire des encadrés  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377
p 378
p 379

 

Préambule indispensable

 

 

 

Ce soir-là je ne suis pas allé me coucher comme les autres soirs. Installé sur une chaise à moins de deux mètres du téléviseur noir et blanc, j'assistais à un événement extraordinaire. Deux hommes en scaphandres blancs étaient en train de marcher sur la Lune en ce mois de juillet 1969. Le poste de TV mis en sourdine pour ne pas déranger les autres membres de ma famille qui dormaient, cette fabuleuse odyssée lunaire tenait en haleine mes dix-sept ans. Très tard dans la nuit, mon père s'étant aperçu que je n'étais pas encore au lit, s'est levé pour éteindre la télé manu-militari – tout le monde n'accordait pas la même importance à cet évènement hors du commun – néanmoins j'avais eu le temps de voir cette épopée historique en direct.
Cette aventure technologique et humaine des temps modernes, cette conquête de la Lune qui ouvrait une nouvelle ère, me remplissait d'admiration et même d'une certaine fierté envers le genre humain. Là où l'histoire raconte que la Tour de Babel avait échoué, des hommes partis à bord d'une fusée colossale réussissaient en atteignant enfin un astre dans l'espace.
De 1969 à 1972, douze hommes foulèrent le sol lunaire, les projets de colonisation de la Lune allaient bon train en faisant souvent la une des médias et devenaient un avenir évident et proche aux yeux du public. Puis ce fut le grand vide. Des journaux ou magazines relançaient bien quelques projets lunaires de temps à autre pour appâter leurs lecteurs, mais jamais rien de concret n'a vu le jour. La lune était bel et bien abandonnée par l'exploration spatiale.

Les années ont passé. Des rumeurs ont commencé à circuler dans certains milieux. La NASA n'aurait pas tout dit, les missions Apollo auraient souvent été escortées par des ovnis, les astronautes sur la Lune auraient été surveillés à distance par des vaisseaux spatiaux, la NASA aurait censuré certaines photos et certaines paroles des astronautes. Difficile de prendre en considération de telles hypothèses lorsque l'on a vibré et porté tant d'admirations à cette épopée spatiale et à ceux qui l'ont rendue possible. Mais, devant l'insistance et la multiplication de ces rumeurs, il faut bien un jour ou l'autre se résoudre à les confronter. Commence alors une longue quête où l'on passe progressivement d'une vision étroite et simpliste du problème (celle qu'on en a tant qu'on ne l'a pas étudiée de près et qu'on se contente de la version médiatisée des faits) à une vision beaucoup plus large où l'on découvre que l'affaire est infiniment plus complexe qu'on ne l'avait supposée. En prenant connaissance des nombreux éléments du dossier il devenait de plus en plus difficile de les rejeter ou de les nier car une certaine cohérence s'en dégageait. En toile de fond de cette recherche, le grand doute et le questionnement inlassable : où se trouve la vérité ?
Lorsqu'une recherche dure tant d'années, il arrive parfois que des évènements particuliers ou des rencontres vous apportent des éléments clés. Ce fut mon cas, tout comme pour un certain nombre d'autres chercheurs. Il n'est pas dans le propos de ce livre de détailler tout cela ici, toutefois je vais en résumer un qui n'est pas de loin le plus important, mais qui est très parlant. J'ai eu l'occasion de discuter avec une personne retraitée qui m'a confié qu'elle avait travaillé à une époque pour un organisme gouvernemental chargé officiellement d'étudier le phénomène ovni. Lorsqu'une observation rapprochée d'ovni était signalée, le rôle officiel de cet organisme était d'aller enquêter sur place en coopération avec la gendarmerie pour étudier la chose. Selon ce témoignage, le véritable but de cet organisme était en fait de collecter tous les indices, objets, photos, vidéos et traces en tous genres pour les dissimuler du public. Tous ces éléments du dossier étaient ensuite placés dans des conteneurs métalliques étanches et mis en lieu sûr dans des locaux souterrains

p 27

p 28

   

aménagés dans d'anciennes carrières. A l'époque, les éléments du dossier ovni remplissaient déjà plusieurs travées entières. Parallèlement, une autre partie du travail était de fournir aux médias des explications et des articles de désinformations expliquant le phénomène par des prétextes du style : confusion avec la planète Vénus, gaz des marais, illusion d'optique, rentrée atmosphérique d'un élément de fusée, observateur perturbé, et bien d'autres choses encore. Petite remarque : en France les rapports de gendarmerie concernant le phénomène ovni sont classifiés soixante ans.
Si, en cours de cheminement de l'étude ovni, les questionnements sur la nature exacte de ce phénomène continuent et vont même en s'amplifiant en découvrant l'étendue du problème, il arrive néanmoins qu'un jour il n'est plus possible de douter de son existence ni qu'une partie de ce phénomène corresponde bel et bien à des vaisseaux spatiaux d'origine non terrestre. Une autre réalité dont il n'est plus possible de douter, c'est que l'élite dirigeante de notre planète ne veut absolument pas que le public prenne conscience de cette présence extraterrestre autour de nous. Ceci pour principalement deux raisons directement en rapport avec le souci de garder à tout prix sa place d'élite au sommet du pouvoir mondial. D'une part, le top secret apposé sur ce phénomène a permis ainsi à certains de ces gouvernants de pactiser avec des groupes extraterrestres en vue de différents échanges secrets (technologiques ou autres) dans des buts d'accroissement de pouvoir passant par la manipulation de la population. D'autre part, de maintenir cette population ignorante de l'existence proche d'autres groupes extraterrestres, aux objectifs très différents des précédents, prêts à proposer une aide humanitaire et technologique si la civilisation terrestre le demande et fait le choix de s'engager dans une voie pacifique et respectueuse de tout son environnement.
Par cette désinformation les peuples de la Terre restent inconscients des alternatives d'évolution et de développement possibles et sont maintenus dans l'illusion qu'il n'y a pas d'autres options que les choix faits par l'élite mondiale. Que ce soit au sein des agences spatiales, des autorités

 

 militaires ou d'autres organismes concernés, la raison communément prétextée pour maintenir le secret sur le problème extraterrestre est d'éviter à tout prix la panique de la population. Dans les faits il s'avère que ce sont ces autorités qui paniqueraient si les populations découvraient la supercherie dans laquelle elles ont été maintenues ainsi que l'existence à portée de main d'autres voies possibles de développement.
Ce constat de la conjoncture mondiale qui vient d'être exposé est communément appelé "théorie du complot planétaire". C'est un sujet sur lequel l'élite mondiale à jeté un puissant tabou grâce aux grands médias. En effet, ces derniers ont depuis longtemps habitué et conditionné les citoyens à traiter ces sujets avec légèreté et ironie systématiques ce qui est un moyen très efficace pour que les gens n'en explorent jamais la pertinence.
Bravant les tabous apposés et outrepassant le soit-disant ridicule, l'étonnante étude d'astronomie solaire qui suit n'a pu être réalisée qu'après avoir compris cet étrange contexte mondial. A savoir une puissante désinformation de la classe dirigeante* autour du phénomène ovni qui est, en l'occurrence, le plus grand secret planétaire actuel. Par suite, cette désinformation touche également très fortement le domaine spatial, c'est-à-dire la réalité de notre système solaire. En effet, il est bien évident que sans cette compréhension de l'existence de lourds secrets et d'une forte désinformation dans le domaine du spatial, il ne me serait jamais venu à l'idée de douter de la version qu'on nous donnait du cosmos. Puis, par voie de conséquence, d'entreprendre une longue recherche d'astronomie pour tenter d'en découvrir des aspects nouveaux en lui portant un regard différent.
Chers lecteurs, si vous le désirez, voici maintenant le moment de vous plonger dans des découvertes astronomiques particulièrement surprenantes, voici un nouveau regard sur le système solaire, voici L'or des étoiles.


* Cette élite dirigeante n’étant pas forcément les élus, mais plus spécifiquement ceux qui tiennent les rênes des lobbies financiers, industriels et militaires.

p 29

p 30

   


Répertoire des encadrés




Le calendrier basé sur les cycles astronomiques  . . . . . 88

Mathématiques  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

On a retrouvé la planète du Petit Prince . . . . . . . . . . 130

Limpidité et opacité de la surface lunaire  . . . . . . . . . 201

Les astronautes américains ont-ils vu
des vaisseaux extraterrestres ?  . . . . . . . . . . . . . . . .  246
                                                   [reproduit ci-après]

A propos des risques de panique . . . . . . . . . . . . . . .  248
                                                   [reproduit ci-après]

Information, désinformation... et discernement  . . . . .254

Les planètes Terre et Vulcain partagent-elles 
                         rigoureusement la même orbite ?  . . 288

 

 

p 377

 

   


Les astronautes américains ont-ils vu des 
vaisseaux extraterrestres ?





John Glenn, pilote et militaire de carrière, fut le premier astronaute américain a être satellisé en orbite terrestre le 20 février 1962, à bord d'une capsule spatiale Mercury. Il a été promu colonel en 1964. Plus tard, John Glenn a poursuivi une carrière politique, il est membre du Sénat américain depuis 1974. Le 29 octobre 1998, à l'âge de 75 ans, John Glenn reprenait le chemin de l'espace dans une mission de 9 jours de la navette spatiale Discovery. Le 6 mars 2001, dans une émission télévisée de la célèbre chaîne américaine NBC, John Glenn déclarait : 
"En ces jours glorieux, j'étais très mal à l'aise lorsque l'on nous demandait de dire des choses que nous ne voulions pas et d'en démentir d'autres. Certaines personnes nous demandaient, vous savez : étiez-vous seuls là-haut ? Nous n'avons jamais répondu la vérité, et cependant nous avons vu des choses là-bas, des choses étranges, mais nous savons ce que nous avons vu là-haut. Et nous ne pouvions réellement rien dire. Nos supérieurs avaient vraiment très peur de cela, ils avaient peur d'un truc du genre de la guerre des mondes, et de la panique générale dans les rues. Donc, nous devions rester silencieux. Et maintenant nous voyons ces choses seulement dans nos cauchemars ou peut-être dans des films, et certaines sont très proches de la vérité."
 


Les astronautes américains ont-ils vu des 
vaisseaux extraterrestres ? (suite)



Le Dr Dino Dini, ingénieur spatial de la NASA, fit une révélation étonnante lors d'une émission télévisée suisse, en 1997, sur les ovnis aperçus au cours du vol Apollo 11.
"Ces séquences furent effacées parce qu'il y avait là beaucoup de points qui ont surgi et qui faisaient partie de ce fameux rapport Blue Book qui aurait dû être publié, avant qu'on change d'avis. En fait, la réalité est la suivante : ce qu'Armstrong a vu était réel. Car partout où règne la confusion, au cours de la dernière guerre, pendant la guerre du Golfe, partout où le chaos se déclenche, apparaissent ces disques volants. Ceux-ci proviennent de stations postées près de la Terre. C'était donc juste de le dire, et nous avons dû le faire. Neil Armstrong a vu des objets qui le suivaient, des vaisseaux spatiaux qui suivaient Apollo, et aussi des êtres vivants. Des vaisseaux ont également suivi les autres missions Apollo. C'est là une réalité attestée. C'est nous qui avons entravé le discours global, car nous avions reçu des instructions en ce sens. Nous étions effrayés au plus haut point lorsque nous avons compris l'énorme différence qu'il y avait entre notre technique, notre science et celle des OVNI. Il est donc évident que cela nous a amenés à donner des avis négatifs, dans leur globalité. Indéniablement, le fait décevant est que nous n'avons pas d'explications, car notre science est encore pratiquement primitive en comparaison de celle de ces planètes d'où proviennent ces vaisseaux spatiaux."

p 246

p 247

   

 
A propos des risques de panique


Que ce soit dans les agences spatiales ou dans le milieu militaire, de nombreuses personnes ayant eu affaire avec le phénomène ovni-extraterrestre témoignent que leurs supérieurs hiérarchiques exigent le secret absolu pour éviter le risque de panique de la population. A cet égard, il est fréquent que des gens soutenant cette position des autorités la justifie en rappelant l'évènement radiophonique d'Orson Well. En 1938 aux Etats-Unis, le speaker radiophonique Orson Well, présente un jour une émission d'anticipation où il commente de manière très réaliste et avec force détails une attaque et invasion extraterrestre particulièrement agressive [La guerre des mondes]. De très nombreux auditeurs, ayant pris l'émission en cours ou à qui le caractère anticipation a échappé, ont alors véritablement cru à la réalité de cette invasion guerrière. Des mouvements de panique naquirent dans la population avec des tentatives de fuite générant des accidents. Le calme ne revint que lorsque la radio diffusa des avis répétitifs informant du caractère fictif de l'émission. Si l'on analyse un peu cet événement on s'aperçoit rapidement que les "extraterrestres" ne sont nullement la cause de cette panique (puisqu'en l'occurrence il n'y avait pas d'extraterrestres). Cette panique a été entièrement générée par la façon dont un média crée et diffuse une information. En d'autres circonstances, bien réelles cette fois, de très nombreuses personnes ont eu l'occasion d'observer de près ou de loin des vaisseaux le plus souvent en forme de soucoupe volante ou de cigare volant. Il a parfois été observé des dizaines de ces vaisseaux en formation survolant des villes.

 
Un nombre plus restreint de témoins affirme avoir rencontré physiquement les occupants extraterrestres de ces nefs spatiales. Parmi toutes ces personnes, certaines ont ressenti de la peur, d'autres non. Cette peur, à un niveau individuel, est d'ailleurs très compréhensible, lorsque l'on se retrouve soudainement et sans avertissements face à quelque chose de littéralement inconnu, ceci du fait que notre imagination ou notre conditionnement puisse la percevoir comme une menace potentielle. Les observations d'ovnis ont de tous temps existé. Néanmoins, depuis la seconde guerre mondiale ce phénomène est en pleine recrudescence avec des milliers ou des millions de témoins partout dans le monde. Sachant que les témoignages rapportés ne représentent que la partie émergée de l'iceberg (compte tenu du tabou apposé, la plupart des gens préférant se taire), cela nous donne une idée du nombre de personnes concernées et de l'ampleur du phénomène. Toutes ces observations (touchant parfois simultanément un grand nombre de témoins) n'ont pas provoqué de phénomène de panique collective, à ma connaissance ; s'il y en a eu, alors cela est resté l'exception. En fait, si un jour un contact pacifique massif devait avoir lieu avec des extraterrestres, une simple préparation de l'événement par le canal médiatique supprimerait tout risque de panique collective. Pour ceci, nul besoin d'une période de cinquante ans, en une courte période bien utilisée les citoyens du monde entier sont tout à fait aptes à appréhender un tel événement sans tomber dans l'affolement collectif. Il n'en irait certainement pas de même pour les pouvoirs de notre monde qui seraient dans la peur panique de perdre les prérogatives qu'ils se sont octroyés.
 

p 248

p 249

Voir l'extrait du chapitre V dans l'article : Système solaire : Une mathématique du vertige

L'avis des lecteurs

accueil 

 extraits du livre

Revue de presse

infos de commande

rayon librairie